Le guide de l’aligot

Monsieur Aligot

La grande histoire de l’aligot de l’Aubrac

L’histoire raconte qu’à l’origine l’aligot était une soupe composée de bouillon, de pain et de tome fraîche, servie par les moines de l’Aubrac aux pèlerins du chemin vers Saint Jacques de Compostelle.

Après la révolution, les paysans de l’Aubrac perpétuent la tradition dans leurs burons. Au XIXème siècle suite à une mauvaise récolte de blé, le pain est remplacé par les pommes de terre pour donner l’aligot tel que nous ne connaissons aujourd’hui encore.

La recette aligot et les ingrédients

Partez à la découverte de ce plat de subsistance devenu aujourd’hui une recette et un plat de fête, toujours solidement ancrée dans la culture et les traditions du plateau de l’Aubrac au sud de l’Auvergne (c’est pour ça que l’on parle d’aligot auvergnat par simplification) dans l’ancienne région du Gévaudan, entre Cantal, Lozère et surtout Aveyron :

Les derniers articles sur l’aligot

Tout savoir sur les secrets de l’aligot

Ce site est dédié à l’aligot de l’Aubrac, cette recette de purée de pomme de terre bien lisse à la crème fraîche relevée par une gousse d’ail, et mélangée avec de fines lamelles de tome fraîche de Laguiole au lait cru qui fond dans la purée et juste ce qu’il faut de sel et poivre.

Buron, restaurant et à la maison

Si les meilleurs endroits pour déguster un aligot restent le buron ou le restaurant installé sur le plateau de l’Aubrac, la recette traditionnelle se fait facilement à la maison si l’on a de la tomme fraîche, un presse-purée ou un moulin à légumes et un bon coup de spatule en bois pour remuer la préparation sur le feu à feu doux et faire filer l’aligot qui se déguste bien chaud.

Aligot et saucisse
Aligot servi avec sa saucisse

Manger de l’aligot

L’aligot se déguste de milles manières, dont le fameux aligot saucisse pour son expression la plus simple. Mais on peut le manger avec de nombreux autres plats de viandes comme de l’agneau, le marier à la truffe noire. Vous pouvez bâtir tout un repas autour de se plat principal, avec charcuteries, fromages et un dessert léger.

La tradition de l’Aubrac

L’aligot, c’est aussi toute une tradition avec la transhumance de l’Aubrac, quand les vaches quittent la vallée au printemps pour les prairies en altitude. Transhumance Bonnecombe ou transhumance Aubrac, guettez les différents lieux quand c’est la saison, c’est l’occasion de faire la fête.

L’aligot est aussi le plat préféré des marcheurs qui suivent le chemin de Saint-Jacques de Compostelle qui va du Puy-en-Velay jusqu’à Conques. D’autres spécialités locales utilisent la pomme de terre et la tome, la plus connue étant la truffade, mélange de pommes de terre rissolées et de tome fondue. Si vous êtes fondu de ce type de recette, où la salade verte fait office de décoration, vous pouvez essayer le retortillat lozérien ou la patranque.

Aligot de partout

Au delà de la tradition, l’aligot se retrouve aussi dans les rayons des supermarchés, frais en barquette et même surgelé pour les plus pressés ou ceux qui n’ont pas tous les ingrédients sous la main.

La recette de l’aligot se diffuse dans le monde avec d’autres fromages et le mot aligot tend à devenir générique pour toutes les recettes de purée au fromage, c’est pour cela que l’aligot de l’Aubrac devrait devenir une AOC dans le futur, pour protéger un terroir et un savoir faire unique, garant de la recette d’origine.

Vous découvrirez aussi tous les secrets de l’aligot thermomix, sans doute la moins bonne façon de réussir un aligot. Un mixer, quel qu’il soit ne permet pas de réussir une purée digne d’entrer dans la recette de l’aligot.

La spécialité de l'Aubrac